Filets de pêche sur le plan d eau de Plobsheim: le cauchemar continue…

Comme promis, voici les nouvelles informations relatives aux filets de pêche retrouvés la semaine dernière par un pêcheur amateur dans les hélices de son moteur… La fluviale avertie n avait alors pas réussi à les retrouver mais avait pris en suivant contact avec le pêcheur pro qui leur avait confirmé qu il avait égaré/perdu des filets…

Le jour même, ce pêcheur pro a passé plus de 3h l’après midi sur le plan d eau à essayer de les retrouver mais en vain!…

Une chose est sure, lorsqu il a déposé ses filets le lundi 20 juillet, des pêcheurs amateurs sur plusieurs barques témoignent  l avoir vu déposer ces filets à l endroit précis où ils ont été signalé à la fluviale, ils ne se sont pas déplacer par enchantement!

 

Ce pêcheur citoyen qui avait signalé les filets sans balise, est retourné sur le plan d eau le Jeudi 30 Juillet pour sa pêche hebdomadaire. Par acquis de conscience, il décide à peine sur l eau de retourner sur le spot gps où étaient localisés ces fameux filets, soi disant égarés par le pêcheur pro…

Et la, encore une fois, mauvaise surprise!…

Plus de 200m avant la zone de localisation des filets, une odeur pestilentielle prend au nez… Peu avant d arriver sur zone, il voit au loin des espèces de « bouées ».

Arrivé à l endroit précis où étaient localisé les filets la semaine dernière, des tanches de plus de 2kg prises dans les filets, flottent en surface, gonflés et décomposés!

Excusez nous pour ces photos désagréables à regarder mais il faut que cela se sache!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce pêcheur citoyen appelle en suivant le garde de la base Unap qui se rend sur zone très rapidement pour mettre une bouée de signalisation afin de facilement les retrouver. Difficile de les sortir seul ou même à deux..

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le garde appelle la gendarmerie fluviale en suivant pour signaler que les filets avaient été retrouvés. Malheureusement personne ne répond, il laisse un message, la dernière fois, il avait rappelé rapidement 🙂

Ce pêcheur contacte alors un membre du bureau de l’APA pour lui signaler la chose. Ni une, ni deux, on organise un rendez vous à la base pour essayer de les sortir à plusieurs et prendre des photos de constations.

Je suis l heureux élu qui rejoins ce pêcheur qui vient de sacrifier sa partie de pêche… L’odeur nous guide, même si la bouée et les poissons flottants sont aussi de bons indicateurs…

Arrivés au dessus de filets, je constate le carnage : plusieurs très gros brochets en décomposition ou encore vivants et agonisants…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Celui ci agonisait encore…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Des tanches et des brèmes du plus de 2kg également en décomposition.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les poissons se désintégraient en remontant simplement les filets.Et je ne vous explique même pas l odeur! Nos estomacs ont pris très chers…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous n avons pas pu continuer! En plus, nous n avions même pas de fut pour recueillir les filets donc on renonce 🙁

Nous décidons encore sur place d appeler l’ONCFS pour leur signaler les filets et leur contenu. Ils ont noté l’information et se rapprocheront de la fluviale pour donner suite… C est acté, nous verrons bien…

Sur le chemin du retour, beaucoup de pêcheurs nous demandent des infos et nous font part de leur colère vis a vis de cette situation. Certains les avaient repéré depuis plusieurs jours mais ne l ont tout simplement pas signalé! Au contraire de notre pêcheur citoyen. Nous les avons incité à contacter le garde à l avenir si une autre situation se représente…

 

En rentrant vers la base, nous apercevons 2 bateaux avec thermique qui allaient tout droit sur la zone des filets. C est le garde avec des responsables de l’Unap et des voileux bénévoles.

Ils remontent les filets dans un fut et le garde en profite pour libérer une très belle carpe commune, qui espérons le, aura la force de se rétablir… Il m a fait plaisir 🙂

Retour à la base, pour discuter avec le garde et les autres qui nous font part de leur dégout. Il y avait notamment l ancien vice président de l’Unap. Ce dernier n a pas du tout apprécié cette façon de travailler et le signalera lors de la très prochaine réunion biotope avec le préfet. Espérons que cela aura une incidence!

En attendant, le fut a été laissé à disposition de la gendarmerie fluviale qui devrait passer à la base constater mais nous, nous sommes rentrés chez nous! Plus aucune envie de pêcher!

Nous vous tiendrons au courant de ce qu il adviendra, mais avec la Fluviale, l ONCFS, l’Unap et potentiellement le préfet, cette affaire devrait suffisamment attirer l attention pour ne pas passer à la trappe!

 

Après ces images désolantes, il convient de rester objectif! Après plus ou moins 10 jours passés morts dans l’eau, les poissons retrouvés ne pouvaient qu avoir cet aspect et cet état.

Ce qui est navrant, c est le fait qu un PROFESSIONNEL puisse « égarer » des filets… Il est difficile de croire qu il ne marque pas au sondeur GPS les zones où il dépose ses filets  pour les retrouver facilement, vu qu’il ne met pas de balises…  Il y a  peut être eu négligence sur ce coup la. Toujours est il que cette situation nous permet de douter légitimement du professionnalisme de cet personne.

Ce doute sur le professionnalisme émis (chacun se fera son opinion), il faut essayer de tirer quelque chose de « positif » de ce carnage halieutique! Mais en gardant à l’esprit ce fameux doute…

Une chose a sauté aux yeux dans cette expérience, l’énorme majorité des poissons pris dans ces filets était de très belle taille pour l’espèce considérée.

Or comme nous vous l avions rappelé dans l article précédent, le poisson est interdit à la consommation au delà d un certains poids, par arrêté préfectoral du 16 décembre 2011.

Consultable dans son intégralité ici: AP interdiction vente conso poissons 16/12/2011

Voici l extrait qui nous importe:

arrete10

Au vu de cet arrêté, EN THÉORIE, la plus part des poissons morts dans ces filets n’auraient pas pu être consommés donc vendus par ce pêcheur professionnel, si il avait récupéré ses filets dans les temps.

Dans la pratique, il n est soumis à AUCUN contrôle! Donc fait ce qu il veut avec les poissons trop gros pour être LÉGALEMENT revendu. Il n y a aucune traçabilité de ses prises, il ne peut pas prouver que les gros poissons qu il vend, NE VIENNENT PAS DU PLAN D EAU DE PLOBSHEIM, ou même qu il proviennent bien de l un de ces autres lots du Rhin où il n y a pas de restriction de consommation par rapport au poids.)

(Rappelez vous du doute légitime, et la nature humaine  🙂   )

Et il est la le problème! Ces poissons trop gros, DONC IMPROPRES A LA CONSOMMATION par arrêté, ne devraient pas pouvoir être revendus sans traçabilité aux consommateurs et restaurateurs de la région.

C est cette absence de traçabilité qui rend cette hypothèse malheureusement crédible.

De plus, les poissons trop gros pour être consommés ne peuvent pas être jeter n importe comment, ils doivent partir à l équarrissage normalement… Il serait bon de savoir précisément ce qu il déclare à l’équarrissage pour commencer à se faire une vraie idée!

Cet aspect consommation évoqué, attardons nous sur la pratique aux filets en elle même:

Essayons de chiffrer au plus bas, les prises du pêcheur pro sur une année en fonction de ce qui a été constaté rapidement sur UNE PORTION DE 20M DE FILETS mesurant au moins 50m.

Dans cette portion, nous avons vu notamment, 4 brochets et 6 tanches qui rentrent dans la catégorie impropre à la consommation par arrêté. Pour faciliter les calculs et avoir UNE FOURCHETTE BASSE, nous ne considérerons que ces 10 poissons par filets.

Le pêcheur pro possède, a priori, 5 filets sur ce plan d eau donc cela fait potentiellement 50 poissons interdits à la consommation à chaque sortie de pêche…

Il sortirait deux fois par semaine, cela fait donc 100 poissons impropres à la consommation tués pour rien par semaine (en théorie).

Multiplions ces 100 poissons tués pour rien par semaine aux 52 semaines d une année et l on obtient, potentiellement et au plus bas, 5200 POISSONS (de belles tailles) IMPROPRES A LA CONSOMMATION TUES POUR RIEN.

Cette évaluation n est basée que sur 20m de filets observés alors qu ils font en général 50 ou 100m… et elle ne retient que le brochet et la tanche comme espèce: les carpes sandres, brèmes, aspes et silures font aussi partie des condamnés et augmentent largement la quantité de prises impropres à la consommation mortes pour rien.

En prenant une moyenne basse de 2kg par poissons pris et impropres a la consommation, cela fait plus de 10 tonnes de « déchets » devant partir théoriquement à l’équarrissage…. Si tel est le cas, ça doit laisser des traces administratives quelques part quand même? A creuser sans doute.

 

Pourquoi un tel gâchis halieutique sur une zone protégée et sous perfusion avec les empoissonnement successifs?

Pour sauvegarder un vieux métier? Soit, et on peut en débattre! Mais pourquoi le laisser exercer sur le plan d eau de Plobsheim? Nous reconnaissons son travail, qui ne doit pas être évident tous les jours mais il doit être possible de lui imposer un autre lot de compensation. Ça lui a déjà été proposé dans le passé par la Fédé67 mais il a catégoriquement refusé!…

C est étonnant!!! Avec le peu de poissons ayant la taille légale de consommation qu il prend dans ses filets, ça ne doit pourtant pas être si rentable le plan d eau de Plobsheim… surtout vu les couts d équarrissage pour les poissons  trop gros pour être consommés… LOL … 🙂

 

Plus objectivement, nous pensons qu il y a une TOTALE CONTRADICTION entre le mode de pêche, la pêche aux filets, et les poissons recherchés, c est à dire ceux LÉGALEMENT autorisés à la consommation en fonction de leur poids.

Les filets utilisés par le pêcheur pro possèdent des mailles trop larges/amples pour capturer les poissons qui auraient la taille, donc le poids légal de consommation.

Ces mailles de filets sont proportionnées pour capturer de plus gros poissons que ceux autorisés par arrêté donc INADAPTÉES à la pêche qu il est en droit de revendre pour la consommation.

 

Dés lors, la situation est absurde car que voulez vous que ce pêcheur utilise comme filets pour pêcher des poissons faisant le poids pour être consommés?

Des mailles plus fines, pour capturer de  plus petits poissons consommables: soit mais les gros s y laisseront encore plus surement capturer…

Des mailles plus grosses, il n attrape plus rien et encore moins les poissons consommables légalement…

 

Une seule conclusion s impose: ces filets n ont plus leur place au plan d eau! Il est impossible d exercer aux filets sans limiter le risque sur les populations de gros poissons du plan d’eau qui représentent le patrimoine halieutique et l avenir en tant que géniteurs, raison pour laquelle tant d usagers du plan d eau de Plobsheim se déplacent et consomment.

L’Arrêté préfectoral interdisant la consommation des poissons (pour protéger notre santé tout de même) dépassant un certains poids rend cette activité INADAPTÉES sur le plan d eau. En théorie, de nombreux poissons meurt pour rien a cause de cette situation mais qu en est il de la pratique? Partent-ils tous à l’équarrissage? Ou y en a t il dans les terrines et autres produits travaillés mis en ventes?

Ces questions méritent réponse!

La Fédé67 puis l APA essayent de  contacter le pecheur professionnel depuis longtemps pour avoir son point de vue et informer les pêcheurs amateurs sur les mythes et réalités de la profession de pêcheur. Aujourd’hui, devant l absence de réponses aux nombreuses demandes, nous nous faisons notre propre idée à partir des éléments à notre disposition… La porte reste ouverte à la discussions et à la compréhension, si il le souhaite 🙂

 

Nous incitons tous nos lecteurs à laisser un commentaire au bas de cet article afin de témoigner de leur soutien, mécontentement, craintes…

Plus vous serez nombreux à laisser une trace, plus nous serons CRÉDIBLES ET REPRÉSENTATIFS lorsque nous discutons avec les autorités compétentes, car elles nous lisent…   🙂

 

L’équipe de l’Association des Pêcheurs Alsaciens.

 

 

 

 

14 réflexions au sujet de « Filets de pêche sur le plan d eau de Plobsheim: le cauchemar continue… »

  1. Tophe

    Merci pour ces infos !

    Cette pratique d’un autre temps ne devrait même plus exister. C’est un véritable carnage dans un biotope qui n’a vraiment pas besoin de ça !

    Répondre
  2. Pêcheur triste

    C’est vraiment insupportable de voir de telles images sur des massacres gratuits de gros poissons pour rien !!! Maintenant il y a tout de même une question qui se pose,que compte faire le président de la fédé devant cette situation bien plus que lamentable ?
    Mettre un point presse dans les DNA c’est très bien et encore une fois quelles suites de la part de Monsieur Erb,Président de la FD des AAPPMA du 67 et détenteur du droit de pêche du plan d’eau de Plobsheim ?
    Ce que je constate hélas encore une fois de plus ici,c’est que c’est l’APA qui nous informe à travers des photos prises sur le plan d’eau et au travers des commentaires !!!
    Sur le site de la fédé,nous avons droit à un point presse……les poissons face à la canicule,j’aurais aussi aimé avec d’autres très nombreux pêcheurs un autre point presse sur cette situation présente actuelle avec les pêcheurs pros du plan d’eau,à moins que la seule canicule soit responsable de TOUT !!!
    Le Président Erb manque t’il à ce point de courage pour qu’il laisse le soin à l’APA de nous informer et je trouve en plus qu’il reste bien silencieux sur ces biens tristes constats et sur la suite des évènements à venir !!!
    Encore une fois Monsieur le Président de la Fédé du 67,vous faites…….QUOI ???

    Répondre
  3. Pêcheur triste

    J’aimerais rajouter à mes commentaires précédents quelques infos importantes sur ces messieurs pêcheurs du plan d’eau qui se prétendent être des vrais professionnels,défenseurs de la nature et des traditions (les leurs).Ces vrais pros sont soumis à » un cahier des charges » pour pouvoir piller ou massacrer la faune piscicole du plan d’eau en toute légalité.
    Que dit donc ce fameux cahier des charges en ce qui concernent les obligations de ces personnages ?

    Il y est très bien préciser point par point l’ensemble des obligations du détenteur du bail ( donc nos fameux vrais pros) d’une gestion rationnelle des ressources piscicoles.
    Il est notamment rappeler l’OBLIGATION de déclaration de captures.
    Le titulaire de la licence doit consigner au fur et à mesure,pour chaque espèce de poissons,chaque sortie de pêche et chaque type d’engins utilisés,les résultats de sa pêche sur une fiche mensuelle fournie par le service gestionnaire.
    Et comme ici,il y a surement un manquement grave aux obligations légales définies par le cahier des charges,que risquent donc ces toujours vrais professionnels,défenseurs des traditions et de la nature ?
    Toutes absences de déclarations de pêche peut donner lieu à la RESILIATION du bail ou de la licence !

    Il y a donc bien matière ici à travers le droit pour la fédé de faire bouger les choses et obtenir des résultats concrets !!!

    Il n’est pas non plus interdit de prévenir une organisation de défense des consommateurs sur les us et coutumes de ces messieurs !
    Et pourquoi pas rentrer en contact avec les défenseurs de l’envirronnement d’Alsace Nature et comme il y va de notre intérêt commun à tous,frappons à toutes les portes !

    Répondre
  4. Beyhurst Kevin

    Vraiment affolant comme situation…. notre passion est en danger la nature est en danger pour une personne qui exerce une profession d’un autre temps et qui pourrait gagner beaucoup plus en organisant des visites sur le Rhin. Combien rapporte la pêche de loisir par rapport a la vente de quelques poissons….

    Répondre
  5. nico

    Vraiment lamentable toussa les alevinâge de brocheton sur le pl’an d eau qui son payé avec l argent des carte de pêche serve on dirais pour se viandar de pêcheur pro et pour koi il a droit lui au thermique lui il existe des électriques de forte pousse

    Répondre
  6. Frédéric ROLLING

    Quelle honte!
    Un pêcheur « prof. » faisant visiblement preuve d’un amateurisme affligeant!
    Un peu comme le chirurgien laissant son bistouri dans le ventre de son patient… Soyons honnête, ça n’arrive qu’aux plus mauvais!

    De tels agissements ne devraient pas être sans conséquences…

    La nature n’est à nouveau pas respectée. Elle en payera le prix et le pêcheurs aussi, tout en payant toujours plus cher sa fameuse carte de pêche.

    Combien de pêcheurs responsables continuerons encore de payer leurs taxes piscicoles pour voir de tels actes se déroulaient sans que les autorités compétentes se saisissent de l’affaire concrètement et mettent en place des mesures RADICALES!

    De moins en moins de carte de pêche vendues, mais est-ce vraiment étonnant?

    Honte à cet homme qui n’est certainement pas un pêcheur et encore moins un pêcheur professionnel.
    Honte aux autorités compétentes de traiter le problème avec autant de légèreté et d’attendre que sa sente le poisson crevé pour réagir.

    Comme on dirait par ici: « Laisses brûler, c’est déjà éteint! »

    Merci l’APA de relayer l’infos et d’essayer de faire cesser ce types de comportements. Bravo

    Un pêcheur de plus en colère!
    F.ROLLING

    Répondre
  7. Pêcheur triste

    Bonjour à tous,
    je viens de prendre connaissance de la lettre de notre Président Fédéral du 2 aout au Préfet de région sur la situation catastrophique du plan d’eau de Plobs dû à la négligence de la pêche pro.
    Je vous invite à aller sur le site de la fédé pour en prendre vivement connaissance. Je tiens aussi à souligner ici la rapidité de la réaction du Président auprès des autorités.
    C’est une action difficile qui est engagée de sa part et nous devons tous absolument lui apporté ici tout notre soutien pour lui assurer la réussite de son entreprise !

    Répondre
  8. benes

    bonsoir c’est un vrai viandard ci c’est lui qui a passé a la télé et fait la pub sur youtub ,??? en alsace il fait des quenelles ,des petits kougelhopf en mousseline et d’autre mets et les vends et empoisonne sa cliantele il prend tout les gros poissons qu’il attrape et les passe a la moulinette c’est honteux halieutiquement

    Répondre
  9. bony

    Je réside trop loin pour venir pêcher a plobseim mais je dénonce ces procédés ou qu ils soient . Sur le dos des pêcheurs lambda

    Répondre
  10. Beck

    Sa fait 7 ans que je viens pêcher au plan d’eau et que prend le passe chaque année je vois juste la fluvial a l’ouverture aprer on vois plus personne j’ai jamais prélever un poisson y a 7 ans mon plus beau à 2 on a fais une 40ene de brocher de toute les taille et chaque année sa diminue avec le pêcheurs pro et tous c’est putain de russe il son en bordure à 3. 4 il font une 10ene de brocher chaqun il préleve de toute les taille 30 cm ect il son la au moin 5 jour dans la semaine sans être inquiéter . Donc le pêcheurs pro plus les russe et pour ceux qui font du no Kill il reste quoi sa peus pa continuer comme ça c’est scandalee

    Répondre
  11. ALAIN

    Un peu loin pour venir pêcher sur le plan d’eau,quoique!…
    C’est honteux de voir de telles images. Il faut arrêter ces pratiques d’un autre temps où les gens se nourrissaient de poisson et autre gibier. Ou est la traçabilité de ses produit ?…
    Ça se dit professionnel, mais de telles pratique discréditent l’ensemble de l’artisanat de notre pays !.
    Vive la pêche de loisirs et la relâche du poisson vivant.

    Répondre
  12. meret

    oui la situation de la pêche de loisir est très préoccupante!+500pecheurs professionnels en France! on est le seul pays européen ou cette pêche d’un ‘autre age, se pratique! un président pousse un coup de gueule.combien il à raison! La pêche de loisir a quant à elle un réel poids
    économique. Ce ne sont pas les exemples qui
    manquent de par le monde et ses retombées (en matière
    de tourisme ou d’emplois indirects) sont bien
    plus utiles qu’une poignée d’emplois folkloriques d’un
    autre âge.
    Je m’attendais à découvrir quelques avancées dans ce
    projet de décret mais non, rien de rien, juste le
    « toilettage » du cadavre de la pêche pro qui ne veut
    pas cesser de mourir et nous foutre enfin la paix.
    Développer le tourisme « pêche ­loisir », la compétition
    les écoles de pêche, la pédagogie sur les tailles

    légales et le no-­kill, l’écologie ­ renforcer les moyens
    des gardes et des associations dans la lutte
    contre le braconnage et la pollution : il y en a des
    manières intelligentes d’avancer dans le bon sens
    commun.
    Mais rien dans ce projet de décret ne semble favoriser
    cela. Non, on discute le remplacement d’un
    mot ici, quelques détails là ­ tout pour les pros,
    rien pour les autres. Bref, aucune avancée, c’est raté!

    La prochaine fois, peut-être, s’il reste encore quelques
    poissons ­ ou quelques pêcheurs?…
    ­ A l’heure ou les migrateurs de nos rivières sont
    réduits à peau de chagrin, comment peut­ on encore
    autoriser une pêche professionnelle dans nos rivières
    et dans nos estuaires??? plus d’anguilles, plus
    d’aloses, plus de saumons, massacres de civelles. Quand
    on aura capturé le dernier poisson, tué le
    dernier animal, coupé le dernier arbre, pollué la dernière
    rivière, QUE FERA L’ESPÈCE HUMAINE???
    AVIS PLUS QUE DÉFAVORABLE notre patrimoine halieutique
    ne peut être pillé, que laisserons ­nous
    à nos enfants???
    ­
    Quelle incompréhension ! La pêche aux engins dans nos
    rivières est destructrice ! Des baux entiers
    de pêche sont vidés ! Le poisson de nos rivières est
    même impropre à la consommation ! Stopper
    cette pêche d’un autre temps au lieu de lui permettre
    de détruire encore plus !
    ­
    Le saumon comme la plupart des poissons migrateurs
    voyagent plus la nuit que le jour. Les
    pêcheurs sportifs savent bien que l’ombre portée d’un
    pont ou d’un câble électrique qui traverse la
    rivière arrête le saumon le jour dans sa migration
    .Dés la nuit il reprend son voyage. Il est donc très

    gravement dommageable pour la ressource du saumon d’autoriser
    sa pêche la nuit car les captures
    au filet seront beaucoup plus importantes que le jour

    Je rappelle aussi que la France est le seul pays européen
    à autoriser la pêche industrielle au filet.
    Tous les pays européens ont compris(nos voisins des
    Asturies aussi) que la ressource touristique
    rapportait dix fois plus en terme hôtelier ,restaurants
    ,commerces , guides…
    Pourquoi ne pas prendre exemple sur les autres pays
    plutôt que régresser ?
    ­ Moi je dis bravo aux lobbyistes des pêcheurs professionnels
    Comment faire passer une loi qui leur
    permette de voler, de piller et de détruire les fruits
    des pêcheurs de loisirs qui investissent dans la

    pêche de loisirs ont mis des dizaines d’années à construire
    et financer. Plusieurs milliers d’emplois en

    dépendent pourtant, on préfère tout foutre en l’air
    pour une poignée de pêcheur pro. C’est tout
    bêtement honteux.
    Un petit peu comme si on attribuait à une scierie une
    arboriculture fruitière qui arrive enfin à
    maturité….le tout financé par l’arboriculteur, bien sur

    Vous vous étonneriez peut être qu’il ne soit pas heureux

    mêmes qu’il a mis 20 ans à produire pour qu’ils aient
    une production optimale?
    Quand on voit que des pêcheurs de loisirs font des
    100 centaines de km (voir des milliers) et
    dépensent des milliers d’euros chaque année pour assouvir
    leur passion, qui est de prendre et de
    relâcher des poissons de qualité (par qualité, j’en
    tends sauvage et de bonne taille). Autant
    leur dire de
    rester chez eux
    et d’arrêter leur passion ou d’aller dépenser leur
    argent ailleurs (à l’étranger). Mine de
    rien cela représente directement ou indirectement des
    milliers d’emplois que ce décret met
    directement en danger.
    Même si on « oblige » les pêcheurs pro à participer aux
    « rempoissonnements », leur pratique est totalement incompatible
    avec la pêche de loisir qui
    vise notamment les poissons trophée, ou de belle taille

    Bref il n’y a qu’en France que l’on voit des aberrations
    du genre ou dans les républiques bananières.
    ­ Protégeons mieux notre richesse piscicole, ne donnons
    pas droit aux pêcheurs professionnels de
    tout détruire pour un but uniquement lucratif. Nos
    mers et océans sont déjà pillés

    ne faisons pas la
    même chose en eau douce. Les pêcheurs professionnels n’ont
    plus leur place en eau douce. !
    bien sur pour implanter 500pecheurs pro il faut exterminer le silure!! ne tombons pas dans ce piège! grossier! https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministere_de_lEnvironnement_de_lEnergie_et_de_la_Mer_Abandon_des_processus_visant_a_classer_nuisible_le_silure_glane/?fFvvqlb

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *